PÔLE JEAN MOULIN

Chers Amis du Pôle Jean Moulin-réseau MRN, A toutes et tous nos voeux les plus chaleureux pour 2021. L'année qui s'achève fut rude et éprouvante. Une pensée fraternelle pour tous nos amis disparus. Ils resteront chers à notre coeur. Je vous embrasse, Anne FRIANT MENDRES



FOURCADE Marie-Madeleine
(Marie-Madeleine Méric )
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 12 décembre 2020


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :
Stacks Image 26256


Responsable du Réseau Alliance, appelé aussi "l'Arche de Noé"
Stacks Image 26275

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Madeleine_Fourcade (article plus complet sur Wikipédia)


Marie-Madeleine Fourcade (née le 8 novembre 1909 à Marseille et décédée le 20 juillet 1989 à Paris) est une résistante française. Elle fut, pendant la Seconde Guerre mondiale en France, responsable de l'un des plus importants réseaux de résistance ayant agi pour les Britanniques (MI6).

Elle succéda comme chef du réseau de résistance de droite Alliance à son fondateur Georges Loustaunau-Lacau après l'arrestation de celui-ci en 1941. Elle est la seule femme à avoir dirigé un grand réseau de résistance en France, et l’une des rares en Europe avec la Belge Andrée De Jongh.
Missionnée par le MI6, elle organise l'opération Minerve, le 4 novembre 1942, sous le commandement de Léon Faye et du colonel Charles Bernis. Cette opération Minerve, c'est le départ en sous-marin (le HMS Seraph) depuis la plage du Lavandou, du général Giraud pour Gibraltar. Evadé de la forteresse de Königstein en avril, le général Henri Giraud est soutenu par Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt, qui espère ainsi disposer en Algérie d'un appui plus docile que Charles de Gaulle. De nuit, le transfert est fait.

Le 7 novembre, Georges Loustaunau-Lacau s'évade après 16 mois d'internement et se cache à Toulouse. Le jour suivant, les Alliés débarquent en Afrique du Nord, et l'amiral Darlan se rallie à eux. La police française de Marseille fait une descente le 10 novembre 1942, dans les bureaux du réseau. Marie-Madeleine Méric (le nom de mariée de Marie-Madeleine Fourcade), Monique Bontinck dite « Hermine », estafette, et Ferdinand Rodriguez-Reddington dit « Pie », le radio, s'échappent avec la complicité de policiers bienveillants. Le lendemain, les troupes allemandes envahissent la Zone libre. Le 23, Faye, peu après son transfert, s'évade avec le Général Cochet de la prison de Toulouse. Loustaunau-Lacau est repris. Marie-Madeleine Fourcade doit désormais assurer seule la direction du réseau de résistance. Quelques jours plus tard, Le 27 novembre précisément, a lieu le sabordage de la flotte française à Toulon pour ne pas tomber entre les mains de l'occupant nazi.

Le MI6 demande aussi au réseau de Marie-Madeleine de s'intéresser de près aux bases de lancement des V1, orientées vers Londres. Le réseau réussit également à faire pénétrer un de ses agents, Joël Lemoigne, dit «Triton», dans la base des U-Boote au sein de la base sous-marine de Lorient, transmettant ainsi des renseignements précieux à la Royal Navy.

Le 16 juillet 1943, elle convoque les principaux responsables de secteur du réseau, rue Raynouard à Paris. Lors d'un vote à main levée avec les responsables de chacun des 17 secteurs géographiques, Paul Bernard est désigné comme chef du réseau en l'absence des chefs que sont Méric (Fourcade) et Faye. Le 18 juillet 1943, elle s'envole pour l'Angleterre afin de rencontrer Sir Claude Dansey, le grand patron de l'Intelligence Service britannique. Elle y reste près d'un an confinée dans une maison de style très anglais, au 10 Carlyle Square. Le colonel Édouard Kauffmann prend la suite de Léon Faye, arrêté avant Paris, par la SIPO-SD de Dijon, le 16 septembre 1943, sur dénonciation d'un agent français de l'Abwehr, Jean-Paul Lien, alias Flandrin. Le 21, c'est au tour de Kauffamnn. Et les arrestations se poursuivent, près de 200. La perte de Léon Faye est un coup dur pour Marie-Madeleine, à tel point qu'elle tente de rentrer en France, malgré l'opposition du MI6 et de Dansey. C'est Paul Bernard qui prend la suite, imposé par les Britanniques.

Pour des raisons de haute politique, les Anglais enjoignent au réseau de renseignements Alliance (SR L' Alliance) de se rapprocher du BCRA (pro gaulliste) à partir de février-mars 1944, en accord avec André Manuel, numéro deux du service secret de la France Libre. Le 17 mars 1944, c'est au tour de « Martinet », Paul Bernard, de tomber. Toujours retenue en Angleterre, Marie-Madeleine propose au MI6, Jean Roger, dit Sainteny, futur ministre du général de Gaulle, pour la suppléer. De cette longue période forcée en terre anglaise, Marie-Madeleine en retire une profonde vocation gaulliste. Elle rencontre le colonel Passy, et le général François d'Astier de La Vigerie. Elle rentre en France à la veille du débarquement de Provence des Alliés le 15 août 1944, afin de réorganiser le réseau décimé. Mais elle se fait prendre dans une rafle de la police française à sa planque d'Aix-en-Provence. Elle réussit finalement à s'évader. Son réseau continue à agir et à renseigner les alliés sur les défenses allemandes.

Stacks Image 26280

L'incroyable épopée de Marie-Madeleine Fourcade, une belle et jeune bourgeoise devenue, dès 1940, chef de "l'un des premiers et plus importants services de renseignements sous l'Occupation" selon les mots du général de Gaulle : l'Alliance, appelée aussi "l'Arche de Noé". Le plus averti des lecteurs sera saisi par ce témoignage unique, cette oeuvre militaire considérable.

Pour brouiller leurs traces, les membres du réseau Alliance ne se connaissaient que sous des noms d'animaux, Aigle, Hermine, Rossignol, Tigre. Les Allemands les appelaient "l'Arche de Noé".
Trois mille soldats de l'ombre, cent postes émetteurs, une liaison aérienne tous les mois avec Londres, "l'Arche de Noé" a été selon le général de Gaulle "l'un des premiers et plus importants services de rensignement sous l'Occupation".
Fonctionnant sans interruption en France de 1940 à 1945, l'Arche a fourni aux alliés des renseignements aussi précieux que l'existence des armes secrètes, l'emplacement de leurs rampes de lancement, le mouvement des escadrilles fascistes et des ravitailleurs allemands pendant la bataille du désert, celui des U-Boot dans l'Atlantique, la carte complète des plages du débarquement du 6 juin. Le roi George VI a pu dire que c'était "notre plus grande organisation indépendante de renseignement opérant en France".
Marie-Madeleine Fourcade avait trente ans quand elle participa, dès 1940, à la création de l'organisation de résistance qui allait devenir l'Alliance. Elle restera à la tête du réseau jusqu'à la fin des hostilités et a le rare privilège d'être le seul témoin vivant tout au long du "combat des animaux" contre le IIIe Reich.
La qualité unique des archives utilisées explique pourquoi l'Arche de Noé donne, malgré le nombre de livre sur la Résistance, une impression de jamais lu.
Construite de main de maître avec le riche matériau de faits réels vécus par l'auteur, vouée à l'évocation d'êtres auxquels des événements exceptionnels ont forgé un destin hors série, L'Arche de Noé est une bouleversante aventure qui se compare aux plus grands romans de la littérature contemporaine.
Stacks Image 26240
Stacks Image 26243