PÔLE JEAN MOULIN

Chers Amis du Pôle Jean Moulin-réseau MRN, A toutes et tous nos voeux les plus chaleureux pour 2021. L'année qui s'achève fut rude et éprouvante. Une pensée fraternelle pour tous nos amis disparus. Ils resteront chers à notre coeur. Je vous embrasse, Anne FRIANT MENDRES



Le Réseau ALLIANCE
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 17 avril 2020 / mise à jour le 12 décembre 2020

Stacks Image 26293



Ci dessus et ci dessous, photos du site WIKIPEDIA

Stacks Image 26272
Stacks Image 26275
Le Réseau ALLIANCE

Les cérémonies à la mémoire des résistants NN du Réseau Alliance 106 membres massacrés à partir de l’été 1944 auront lieu les 29/08 à Heilbronn et 31/08 au Struthof, en présence des familles (environ 400) et du ministre des anciens combattants (après maintes péripéties…). A ce jour j’ai retrouvé près de 45 familles bretonnes et nantaises.

Amitiés
 
Guy CARAES

Téléchargez la plaquette

Ci-après le lien pour visualiser une partie de la cérémonie de dimanche dernier au Struthof.
http://defense-armee.networkvisio.com/n31-france/tv-le-1er-septembre-1944-des-membres-du-groupe-alliance-et-du-g.html?vod=9737

Il y avait à peu près 500 personnes représentant les familles que nous avions retrouvé.

Les conditions climatiques étaient particulièrement difficiles, 10°, pluie et vent durant les 3 heures de commémoration.

Pour chacun des 141 personnes disparues au Struthof dans la nuit du 1
er au 2 septembre 1944, 106 pour le réseau Alliance et 35 du Groupe Mobile Alsace Vosges, une rose est déposée par des enfants des familles.

Nous avions la présence de Jacques Fourcade, l’un des fils de Marie Madeleine, et le Ministre des Anciens Combattants.

Guy CARAES
Stacks Image 26286
Stacks Image 26289


Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_(r%C3%A9seau)
Le réseau Alliance est un réseau de renseignement de la Résistance intérieure française pendant la Seconde Guerre mondiale. Fondé par Georges Loustaunau-Lacau, officier politiquement situé à l'extrême-droite, il est composé principalement d'officiers (en grande partie de l'armée de l'Air) mais également de cadres de l'administration, et recrute dans les milieux politiques de droite. Créé au sein du régime de Vichy, il se rattache en premier lieu à l'Intelligence Service, puis aux services giraudistes après le débarquement en Afrique du Nord. Il est finalement rattaché aux services du Comité français de libération nationale, lors de la fusion de l'ensemble des services de renseignements français libres.

Son fondateur étant rapidement empêché d'exercer son commandement, c'est Marie-Madeleine MéricNote 1, alors son second, qui en prend le commandement, de juillet 1941 jusqu'en juillet 1943, date à laquelle elle part pour Londres. Son adjoint, Léon Faye, devient le chef opérationnel à partir de ce moment jusqu'à son arrestation en septembre 1943 ; leur successeur, Paul Bernard, est pris en mars 1944. Méric reprend la tête du réseau depuis Londres, répartissant l'opérationnel entre le nord (Jean Roger), le sud-ouest (Henri Battu) et le sud-est (Helen des Isnards) - et laissant à Georges Lamarque le commandement du sous-réseau Druides. Après juillet 1944, le réseau, à nouveau sous l'autorité globale de Méric revenu en France, travaille à la libération de la France au sein des forces alliées.

Réseau couvrant l'ensemble du territoire métropolitain français durant la quasi-totalité de la guerre, Alliance compte jusqu'à 1 000 membres permanents, revendiquant à la fin de la guerre plus de 2 400 recrutements, dont 431 personnes qui perdront la vie durant la guerre. C'est le plus grand réseau dépendant de l'Intelligence Service sur le territoire français ; c'est également le plus grand réseau commandé par une femme durant cette période, et plus du quart de ses membres furent également des femmes. De par leurs noms de code, inspirés pour la majeure partie de noms d'animaux, ils ont été surnommés par les services allemands « l'Arche de Noé ».

L'État allemand attribue la lutte contre le réseau et ses agents aux services de contre-espionnage de l'Abwehr (Abwehr IIIF) de Lille — les premières arrestations de membres du réseau s'effectuant dans le Nord — puis de Dijon. Trois procès, se déroulant devant la Cour martiale du IIIe Reich, sont organisés pour juger les membres principaux du réseau qui ont été arrêtés ; tous ou presque sont condamnés à mort. L'ordre de faire disparaître entièrement le réseau entraîne l'exécution des condamnés, ainsi que le massacre, dans les derniers mois de la guerre, de la quasi-totalité des prisonniers de l'Alliance, dont une centaine disparaissent notamment dans les fours crématoires du camp de concentration de Natzweiler-Struthof.

Lire la suite sur Wikipédia :