PÔLE JEAN MOULIN

Chers Amis du Pôle Jean Moulin-réseau MRN, A toutes et tous nos voeux les plus chaleureux pour 2021. L'année qui s'achève fut rude et éprouvante. Une pensée fraternelle pour tous nos amis disparus. Ils resteront chers à notre coeur. Je vous embrasse, Anne FRIANT MENDRES



MORU Marie-Louise dite Lisette
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 27 AVRIL 2021/mise à jour le 17 mai 2021


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :
Stacks Image 26256


Réseau de renseignements “Nemrod” organisé par Honoré d’Estienne d’Orves
Stacks Image 26343

Complément d'informations de Roger BERTHELOT à Yves MAZO (notre secrétaire) concernant le convoi vers la Déportation de Marie-Louise MORU :


"Salut Yves ! 
 
Pierre Berthelot, mon père,
Georges Abalain 
Pierre Guyomarch
Albert Guyomarch
Jean Ansquer
Henri Ménès
étaient dans le même train de déportation que Marie Louise Moru
et Louis Séché 
le 24 janvier 1943 . 
Les 4 wagons des 230 femmes furent 
décrochés à Halle et dirigés vers Auschwitz  . 
Elles furent immatriculées et tatouées 
dans la série des 31000 . 
Le train des  1600 hommes continua jusqu'au camp de Oranienburg Sachsenhausen. 
En 1964 , en voyage organisé par Loisirs et Vacances de la Jeunesse
LVJ 
Jean Claude Cariou et
 Roger Pierre Berthelot
ont visité la ville de Halle
et le camp de Oranienburg Sachsenhausen." 



Bonjour,
 
Je suis ravie de vous présenter mon nouveau webdocumentaire.
 
Journaliste à France 24, Stéphanie Trouillard s’est spécialisée depuis plusieurs années dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Quatre ans après la sortie du webdocumentaire primé "Si je reviens un jour, les lettres retrouvées de Louise Pikovsky", elle publie une nouvelle enquête sur cette période à l'occasion de la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, le 25 avril : le sourire d’Auschwitz.
 
En réalisant des recherches sur sa région d’origine, la Bretagne, elle découvre la photo d’une déportée du Morbihan, Marie-Louise Moru, dite Lisette. Un cliché pris à Auschwitz sur lequel la jeune femme, étonnamment souriante, semble défier ses bourreaux. Cette attitude emplie de bravoure va inspirer une longue quête pour retracer le parcours tragique de cette résistante. Longtemps resté dans l’ombre, le destin de Lisette retrouve la lumière.
 
 
 
Stéphanie Trouillard
Journaliste
Stacks Image 26303
Stacks Image 26298

Ci-dessus :

Photographiée à Auschwitz-I, le 3 février 1943.
Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, Oświęcim, Pologne.
Collection Mémoire Vive. Droits réservés.

A propos de Lili MORU, pour en savoir plus sur l'enquête de Stéphanie Trouillard
https://webdoc.france24.com/sourire-auschwitz/

Stacks Image 26308
Source : http://www.memoirevive.org/marie-louise-dite-lisette-moru-31825/

Marie-Louise, dite “Lisette” MORU – 31825
DERNIÈRE MINUTE (23 avril 2021), une enquête approfondie de Stéphanie Trouillard à lire en ligne :

https://webdoc.france24.com/sourire-auschwitz/

Marie-Louise, Pierrette, Moru, dite « Lisette », naît le 27 juillet 1925 à Port-Louis (Morbihan – 56), fille de Joseph Moru, 22 ans, travailleur à l’Arsenal (de Lorient ?), et de Suzanne Gahinet, son épouse, 24 ans, marchande de poisson ; son grand-père paternel, Joseph Marie Moru, soldat de 2e classe au 6e régiment d’infanterie coloniale a été tué à l’ennemi à Souain (Marne) le 3 octobre 1915, mort pour la France. Lisette est la deuxième de trois enfants et ses parents adoptent trois orphelins : une famille gaie, où l’on s’aime bien.
Après le certificat d’études, Lisette quitte l’école communale de Port-Louis et prépare le certificat d’aptitude professionnelle (C.A.P.) de couturière. Mais en 1941, quand elle l’obtient, il n’y a pas de travail sur place dans son métier. Autour de la rade de Lorient, les bombardements sont alors quasi ininterrompus ; qui peut songer à se commander une robe ? Lisette entre dans une conserverie comme manutentionnaire. Lisette entre comme manutentionnaire dans la conserverie de sardines Breuzin-Delassus.

La jeunesse de Port-Louis est largement contre l’occupation allemande. En 1965, Charlotte Delbo écrira : « … sans être affiliés à un réseau, Lisette et ses amis donnent à des résistants tout le soutien qu’ils peuvent, font le guet, renseignent, surveillent les allées et venues des voitures marquées VW, aident des jeunes gens à fuir en zone sud pour s’engager dans la marine française. »

Cependant, selon Roselyne Le Labousse, nièce de Lisette, celle-ci fait partie « du réseau de renseignements “Nemrod” organisé par Honoré d’Estienne d’Orves, un membre des Forces françaises libres débarqué clandestinement sur les côtes bretonnes en décembre 1940. Lisette l’aurait intégré grâce au médecin de Port-Louis, le docteur Pierre Tual, nommé par Estienne d’Orves à la tête de ce secteur du Morbihan : “Elle travaillait pour lui. Elle allait porter des messages. » Le docteur avait notamment pour mission de surveiller les abords de la citadelle, alors occupée par les Allemands. Le lieu, stratégique, accueille leur poste de commandement du front de mer de Lorient. Ils y aménagent notamment un bunker, des batteries sur les bastions et des créneaux de tir dans la muraille. » (citation du documentaire de Stéphanie Trouillard, avril 2021)

Au cours du deuxième semestre 1941, deux avions britanniques en mission au-dessus du port de Saint-Nazaire (et de la base de sous-marins de Lorient ?) sont abattus aux abords de Gâvres, village côtier situé au bout de la presqu’île faisant face à Port-Louis : deux pilotes sont inhumés au cimetière voisin : Norman Horace Whittaker, fin juillet 1941, et Herbert Smith, quatre mois plus tard, en novembre.Le 14 juillet 1942, après avoir fait une quête pour acheter deux couronnes, Lisette Mort va, avec quelques amies, porter celles-ci sur leurs tombes en traversant le bourg pour rejoindre le bateau de liaison, et en disant haut où elle va.
Stacks Image 26315


Lisette a pour ami Louis Séché (« Petit Louis »), né le 19 avril 1922 à Nantes, monteur-électricien et fils unique du directeur de l’usine à gaz de Port-Louis. Le jeune homme aussi est hostile à l’occupant.

Lisette relève le nom de toutes les personnes dont elle constate qu’elles travaillent pour les troupes d’occupation, et transmet cette liste à son ami Louis. Malheureusement, Lisette fait part de cette activité à une jeune collègue, qui rapporte ces « agissements » à sa mère, elle-même employée à la douane allemande de Port-Louis. Au cours d’une conversation, l’employée répète à l’une de ses collègues les paroles de sa fille, mais leur dialogue est surpris par un douanier allemand. Interrogées par les autorités d’occupation quelques semaines plus tard, les deux femmes « ne font aucune difficulté » pour évoquer la liste établie par Lisette et Louis (36 personnes au total).

Le 21 août 1942, vers 12 h 30, les autorités allemandes – trois hommes en civil – procèdent à une perquisition dans la chambre du jeune homme, alors absent. Son père rentre le premier, puis arrive Louis qui, aussitôt interrogé, fini par leur remettre la liste.

En septembre, des militaires allemands effectuent une perquisition au domicile familial des Moru, ne découvrant qu’une croix de Lorraine dans la chambre de Lisette.

Le 8 décembre 1942, à dix heures du matin, la jeune fille et Louis Séché sont convoqués à la Kommandatur de Lorient, installée dans la Chambre de Commerce réquisitionnée. Lisette s’y rend d’un pas alerte, la moquerie aux lèvres. Ils n’en sortent ni l’un ni l’autre. Une heure après l’horaire du rendez-vous, Suzanne Moru demande à un Allemand « qui se trouvait là » ce que devient sa fille. Celui-ci lui répond qu’elle va partir en prison pour avoir « diffamé l’armée allemande ». En début d’après-midi, Lisette et Louis sont escortés par quatre Feldgendarmen à la gare de la ville.

Ils sont écroués une dizaine de jours à la prison de Vannes, en détention allemande.

Le 19 décembre, Marie-Louise Moru est enregistrée sous le matricule n° 1332 au camp allemand du Fort de Romainville, situé sur la commune des Lilas (Seine / Seine-Saint-Denis), premier élément d’infrastructure du Frontstalag 122.


Stacks Image 26320
De son côté, Louis Séché est interné au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise).

Dans la seule lettre autorisée qu’elle a pu envoyer depuis le fort, Lisette écrit à ses parents en tentant de les rassurer. Faisant état des pratiques de solidarité entre les détenues, elle ajoute : « Je vous redis encore de m’envoyer un colis car, dans la chambre, tout le monde en reçoit et elles partagent leurs paquets avec moi. »

Le 22 janvier 1943, cent premières femmes otages sont transférées en camions au camp de Royallieu à Compiègne (leurs fiches individuelles du Fort de Romainville indiquent « 22,1 Nach Compiègne uberstellt » : « transférée à Compiègne le 22.1 »).

Le lendemain, Lisette fait partie du deuxième groupe de cent-vingt-deux détenues du Fort qui les y rejoint, auquel s’ajoutent huit prisonnières extraites d’autres lieux de détention (sept de la maison d’arrêt de Fresnes et une du dépôt de la préfecture de police de Paris). À ce jour, aucun témoignage de rescapée du premier transfert n’a été publié concernant les deux nuits et la journée passées à Royallieu, et le récit éponyme de Charlotte Delbo ne commence qu’au jour de la déportation… Toutes passent la nuit du 23 janvier à Royallieu, probablement dans un bâtiment du secteur C du camp.

Le matin suivant, 24 janvier, les deux-cent-trente femmes sont conduites à la gare de marchandises de Compiègne et montent dans les quatre derniers wagons (à bestiaux) d’un convoi dans lequel plus de 1450 détenus hommes ont été entassés la veille. Parmi eux se trouve le petit ami de Lisette : Louis Séché.
Stacks Image 26333


Comme les autres déportés, la plupart d’entre elles jettent sur les voies des messages à destination de leurs proches, rédigés la veille ou à la hâte, dans l’entassement du wagon et les secousses des boggies (ces mots ne sont pas toujours parvenus à leur destinataire).

En gare de Halle (Allemagne), le train se divise et les wagons des hommes sont dirigés sur le KL Sachsenhausen, tandis que les femmes arrivent en gare d’Auschwitz le 26 janvier au soir. Le train y stationne toute la nuit.

Le lendemain matin, après avoir été descendues et alignées sur un quai de débarquement de la gare de marchandises, elles sont conduites à pied au camp de femmes de Birkenau (B-Ia) où elles entrent en chantant La Marseillaise.
Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II) par lequel sont passés les “31000” (accès depuis la rampe de la gare de marchandises et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…). © Gilbert Lazaroo, février 2005.
Stacks Image 26328
Portail du secteur B-Ia du sous-camp de Birkenau (Auschwitz-II) par lequel sont passés les “31000”
(accès depuis la rampe de la gare de marchandises et le “camp-souche” d’Auschwitz-I…).
© Gilbert Lazaroo, février 2005.

Marie-Louise Moru y est enregistrée sous le matricule 31525. Le numéro de chacune est immédiatement tatoué sur son avant-bras gauche.

Pendant deux semaines, elles sont en quarantaine au Block n° 14, sans contact avec les autres détenues, donc provisoirement exemptées de travail dans les Kommandos, mais pas de corvée.


Le 3 février, la plupart des “31000” sont amenées à pied, par rang de cinq, à Auschwitz-I, le camp-souche où se trouve l’administration, pour y être photographiées selon les principes de l’anthropométrie : vues de trois quarts, de face et de profil (la photo d’immatriculation de Marie-Louise Moru a été retrouvée, puis identifiée dans des circonstances restant à préciser ; voir plus loin).

Le 12 février, les “31000” sont assignées au Block 26, entassées à mille détenues avec des Polonaises. Les “soupiraux” de leur bâtiment de briques donnent sur la cour du Block 25, le “mouroir” du camp des femmes où sont enfermées leurs compagnes prises à la “course” du 10 février (une sélection punitive). Les “31000” commencent à partir dans les Kommandos de travail.

Selon le témoignage de ses camarades rescapées, Marie-Louise Moru, atteinte par une dysenterie sévère, succombe en mars 1943 au Revier de Birkenau où elle a été admise, auprès de Marcelle Mourot, de Besançon, qui s’y trouve déjà. Lisette n’a pas dix-huit ans.

Au camp d’Oranienburg-Sachsenhausen (« Sachso »), Louis Séché (matricule 58178) réussit à survivre. Après avoir subi lui aussi une période de quarantaine, il est affecté au plus important des Kommandos extérieurs de Sachso : l’usine d’aviation du constructeur Ernst Heinkel, qui compte en permanence entre 6000 et 7000 détenus. Les conditions sont éprouvantes, mais Louis peut quand même entretenir une correspondance régulière avec ses parents jusqu’à la fin du mois de juillet 1944 : il leur fait savoir qu’il est magasinier. Puis le jeune homme ne donne plus de nouvelles…

Après le retour des déportés, ses parents de Lisette apprennent sa mort par Marie Élisa Nordmann et Marcelle Mourot.

En 1946, Claude Bottiau, dessinateur morbihannais rescapé de Sachso, qui a connu Louis Séché dès son internement à la prison de Vannes, apporte son témoignage : le jeune Port-Louisien se trouvait à l’infirmerie le 26 avril 1945, quatre jours après la libération du camp par les Russes. C’est là que sa trace se perd. En 1947, son décès est officiellement déclaré : Louis est “Mort pour la France” le 26 avril 1945 à Oranienburg.

En septembre 1945, à Rennes, la cour de justice d’Ille-et-Vilaine déclare les deux employées de la douane de Port-Louis coupables d’avoir collaboré « en signalant aux autorités allemandes des faits de nature à motiver contre les Français les ayant commis une action répressive de l’ennemi », et les condamne à des peines de trois et deux ans de prison, et à la dégradation nationale à vie. Par contre, le mandat d’arrêt français ne parvient pas à obtenir l’extradition du douanier allemand, revenu dans son pays après la guerre.

En septembre 1955, des journalistes de La Liberté du Morbihan font paraître un article après s’être rendus au domicile de la mère de Lisette, désormais veuve : « Elle nous a confié le dernier souvenir qu’elle a pu avoir de sa malheureuse jeune fille : une triple photo extraite d’un fichier du trop célèbre camp d’Auschwitz où, dès son entrée, elle est dépouillée de toute personnalité et ne devient plus qu’un matricule parmi les matricules : 31825. » Il est probable que ce tirage photographique obtenu des autorités polonaises lui ait été transmis par Marie Élisa Nordmann, devenue responsable de l’Amicale d’Auschwitz, après son identification par des rescapées de leur convoi.

Le nom de « Moru dite Lisette » est inscrit sur la plaque intégrant les morts de la guerre 1939-1945 apposée sur le monument installé dans le cimetière communal et dédié par « la commune de Port-Louis à ses héroïques enfants morts pour la France ». Dans le cimetière également, sur le caveau de famille, une plaque rappelle son souvenir : « À Marie-Louise Moru, morte pour la France à Auschwitz, le 24-4-43, à l’âge de 17 ans et demi, lâchement vendue par deux Françaises le 8-12-42 ». Le 25 avril 2021, Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, le Centre d’animation historique du pays de Port-Louis, en lien avec la municipalité, fait apposer une nouvelle plaque pour rendre hommage à six fusillés et six morts en déportation de la commune, plaque sur laquelle Lisette Mort et Louis Séché sont réunis.

En 2008, le nom de Lisette Moru est donné à un petit équipement municipal de Port-Louis (la salle des remparts, “local jeunes” de la commune ?) et une plaque commémorative est apposée sur le rempart de la citadelle.

La mention « morte en déportation » a été ajoutée en marge des actes d’état civil (arrêté du 31/07/1997).
Source :

- Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédition 1998), pages 209-210.
- Marion Queny, Un cas d’exception : (…) le convoi du 24 janvier, mémoire de maîtrise d’Histoire, Université Lille 3-Charles de Gaulle, juin 2004, notamment une liste réalisée à partir du registre de Romainville (copie transmise par Thomas Fontaine), pp. 197-204, et p. 114.
- Alain Brebion, site Mémorial GenWeb, relevé du Monument aux morts de Port-Louis.
- Guy Le Floch, Le Patriote Résistant n° 942, juin 2019, page 4, courrier des lecteurs.
- Stéphanie Trouillard, journaliste à France 24, Le sourire d’Auschwitz, webdocumentaire en 4 chapitres, avril 2021 : https://webdoc.france24.com/sourire-auschwitz/

MÉMOIRE VIVE
(dernière modification, le 26-04-2021)

Stacks Image 26288
Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/bretagne-dans-l-enfer-d-auschwitz-le-sourire-de-lisette-f741bc84-a34a-11eb-b196-49a3371759cb

Ouest-France du jeudi 22 avril 2021
Dans l’enfer d’Auschwitz, le sourire de Lisette
Déportée à Auschwitz-Birkenau en janvier 1943, Lisette Moru, originaire de Port- Louis (Morbihan) n’en est jamais revenue. Elle avait 17 ans. Stéphanie Trouillard, journaliste à France 24, s’est intéressée à ce destin tragique.
Marie-Louise MORU dite Lisette, à son arrivée au camp d’extermination d’Auschwitz- Birkenau, en janvier 1943. Une rue porte son nom à Port-Louis. | ARCHIVES FAMILIALES/THE ARCHIVES OF THE STATE MUSEUM AUSCHWITZ-BIRKENAU IN OSWIECI

Catherine JAOUEN. 22/04/2021


Déportée à Auschwitz-Birkenau en janvier 1943, Lisette Moru, originaire de Port-
Louis (Morbihan) n’en est jamais revenue. Elle avait 17 ans.
Stéphanie Trouillard est journaliste à France 24. Spécialisée dans les deux guerres mondiales, elle s’est intéressée à ce destin tragique.

Elle le retrace dans un webdocumentaire – « Le sourire d’Auschwitz » – qui sort ce vendredi 23 avril 2021. Trois jours avant la Journée du souvenir de la Déportation.

L’intérêt de Stéphanie Trouillard pour la Seconde guerre mondiale est lié à son histoire familiale. En particulier celle de son grand-oncle, « fusillé en 1944 à Plumelec, après les combats de Saint-Marcel ». La jeune femme en a d’ailleurs fait un livre, « Mon oncle de l’ombre ».

« Ce sourire dans l’enfer sur terre »

« Jusqu’ici, on savait très peu de choses de Lisette MORU, explique Stéphanie Trouillard. Je m’intéresse aux femmes résistantes. Je suis tombée sur la photo de cette jeune couturière, prise à son arrivée au camp d’Auschwitz. Un tel sourire dans cet enfer sur terre... Elle semble défier ses bourreaux. Ça m’a fascinée. »

Commence alors pour Stéphanie Trouillard une enquête longue de deux ans. Ponctuée d’allers-retours à Port-Louis à la rencontre d’historiens locaux, de recherches sur le Net, dans les archives départementales, etc.
Les circonstances de l’arrestation de la jeune Lisette, le 8 décembre 1942, restent obscures. « J’ai finalement appris qu’elle avait été dénoncée, comme son ami Louis Séché. Tous deux avaient dressé des listes de gens qui collaboraient avec les Allemands. »

Stéphanie Trouillard, journaliste à France 24, s’est spécialisée dans les Première et Seconde Guerres mondiales | SARAH LEDUC

Croix de Lorraine sous la veste

La journaliste décrit une jeune fille « frondeuse » , portant une croix de Lorraine dissimulée sous le col de sa veste. Une adolescente au caractère, bien trempé, qui exprime son aversion du nazisme avec toute la fougue et l’inconscience de la jeunesse. « Avec Louis, elle a osé dire « non ». Leur destin a basculé. »

Lisette fait partie du convoi des « 31 000 », le seul composé de femmes résistantes, déporté à Auschwitz-Birkenau le 24 janvier 1943. La jeune Port-Louisienne y meurt de dysenterie, à la fin du mois de mars 1943.

« Une part d’humanité »

« Le sourire qu’elle nous adresse sur ce cliché, 80 ans après, c’est une part d’humanité. De dignité, appuie Stéphanie Trouillard. J’ai souhaité mettre en avant l’engagement de Lisette, jusqu’à la mort. Le sujet reste toujours sensible à Port-Louis. Des descendants des dénonciatrices de Lisette vivent encore dans la commune. »
La Journée de la Déportation devait être l’occasion d’inaugurer la plaque à la mémoire de douze fusillés et déportés de Port-Louis, dont Lisette Moru et Louis Séché. La crise sanitaire en a décidé autrement ; la cérémonie est reportée.