PÔLE JEAN MOULIN

"Nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la Résistance et ses idéaux" Stéphane HESSEL



ELIE de BREST (Le Groupe )
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 18 Octobre 2020


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :
Stacks Image 26288


Groupe ELIE de BREST
(Louis-Jean ELIE Créateur du groupe)



Source : https://www.resistance-brest.net/spip.php?mot41

Groupe Élie


[Été/Automne 1940 - Mai 1941]


Groupe de résistance local, fondé au début de l’occupation allemande en 1940 sous l’impulsion du transporteur Louis Élie. Principalement issus du quartier de Saint-Martin à Brest, les membres sont recrutés pour leur refus de la capitulation française et dans l’optique d’être opérationnels pour la reprise des combats. A cette époque, une rumeur persistante circule sur le fait que l’armistice n’ait été signé qu’afin de gagner du temps pour préparer une contre attaque qui serait lancée grâce aux troupes des colonies françaises. Dans les premiers mois, c’est ainsi que se constitue la liste de ces patriotes. Très vite s’ajoutent des actions de récupérations d’armes, munitions et matériels militaires. Il s’agit bien souvent de matériels anglais abandonnés à la débâcle ou français sorti de l’arsenal et de la pyrotechnie voir directement volé à l’occupant allemand.

D’obédience Gaulliste, le groupe est assez néophyte dans la lutte clandestine. Un semblant d’organisation para-militaire est cependant mis en place, mais le compartimentage reste insuffisant. En novembre 1940,
René Drouin et sa femme Jeannette, par une connaissance, rencontrent Gilbert Renault, alias Rémy, du réseau Confrérie Notre-Dame. C’est l’occasion pour le groupe de diversifier ses activités clandestines. Dans une perspective d’échanges entre Londres et Brest, le groupe va agir et offrir au réseau une carte de la cité du Ponant avec les positions des troupes allemandes minutieusement renseignées. Au début 1941, le groupe prend de l’ampleur et se lance dans des actions armés contre l’occupant. Il mène également une tentative de sauvetage d’internés retenus à la prison de Pontaniou. Le groupe cherche également à sauver des aviateurs alliés, tombés dans la région de Brest. Son service de renseignement se met également progressivement en place. A son apogée, le groupe se compose de près de 70 résistant.e.s et de plusieurs dizaine de sympathisants, non actifs.


Suite :
https://www.resistance-brest.net/spip.php?mot41


Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/le-groupe-elie-un-reseau-spontane-2831518

OUEST-FRANCE : Modifié le 16/09/2014 à 01h11 Publié le 16/09/2014 à 00h00

Louis Élie
Louis Élie est un transporteur brestois. En 1940, il a 35 ans et habite rue Jean-Jaurès. Le 18 juin, il entend l'appel du Général de Gaulle et décide de suivre son appel à la résistance et à l'organisation d'une armée secrète. Pourtant, il ne dispose que d'une formation militaire rudimentaire. Ce n'est pas non plus une personnalité de Brest mais il devient le premier résistant de la ville. Il est rapidement rejoint par des membres du patronage catholique de Saint-Martin.
Des coups d'éclat
Le groupe Élie s'engage dans des attentats et sabotages. Il provoque aussi une vaste évasion depuis la prison de Pontaniou. On lui attribue aussi l'attentat de l'hôtel Continental, lieu de festivités des Allemands, le 4 avril 1941.

Le démantèlement
Après la mort de l'un des leurs, les membres du groupe Élie veulent le venger. Le groupe Élie provoque les Allemands. Le 28 avril, une balle est tirée, l'un des jeunes Résistants blessé. Durant son séjour à l'hôpital, son domicile est fouillé par la Gestapo qui y trouve une liste de noms plutôt compromettante. Trente-huit Brestois sont arrêtés et jugés. Onze d'entre eux sont fusillés le 10 décembre au Mont-Valérien. On les appelle les « Onze martyrs ». Une rue du centre-ville porte désormais leur nom.


Stacks Image 26275

Brest 44

Il y a 78 ans, le 10 décembre 1941, onze résistants brestois du groupe Elie étaient fusillés par l'armée d'occupation au fort du Mont Valérien.

Nous vous invitons en cette date anniversaire à découvrir leurs parcours sur l'Encyclopédie de la Résistance brestoise:
https://www.resistance-brest.net/spip.php…

Nous recherchons toujours les portraits de Joseph Prigent et Albert Muller afin de pouvoir garder pour la postérité leur souvenir.

https://www.resistance-brest.net/spip.php?page=recherche_avancee&annee_entree&traitements=traitement_6&mots%5B0%5D=41&mots%5B1%5D&mots%5B2%5D&mots%5B3%5D§eur_action


Stacks Image 26277

Occupation, Brest.La cour de justice du Finistère juge l'ex commissaire Charroy.


Dans ce dossier des informations sur "les 19" et Madame Stéphan(t?)